lu sur chronicart.com

"Dimanche, ensuite : un bon jury ne fait pas forcément un bon palmarès, le Festival de Cannes en fait l'expérience depuis toujours, peut-être faudra-t-il s'y habituer avec Angoulême. A moins que le bon jury ne soit seulement celui qui se définit par le palmarès qu'il offre ? En donnant le prix du meilleur album de l'année à Là où vont nos pères, de Shaun Tâ, le jury, où brillaient tout de même les figures de Munoz et de Lorenzo Mattotti (double respect), a récompensé un album muet, un peu affecté, qui donne la primauté à un dessin plein d'application, et pour lequel la référence à Scott McCloud ne suffit pas à garantir une quelconque légitimité. Bon, le reste est à l'avenant, à l'exception du remarquable Exit wounds de Rutu Modan (cf. Chro 42), retenu parmi les cinq essentiels, et du Prix du Patrimoine, remis à l'extraordinaire Moomin de Tove Jansson."